Les longues feuilles du désert Welwitschia captent l'eau en collectant la rosée et en la canalisant dans le sol où une grande racine pivotante peut l'absorber.

Image: Thomas Schoch/Wikimedia Commons / CC BY SA - Attribution Creative Commons + Partage dans les mêmes conditions
Image: Guido Gerding/Wikimedia Commons / GFDL - Licence de document libre Gnu

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Image : Wikimedia Commons /
Image: Frank Vincentz / Wikimedia Commons / GFDL - Licence de document libre Gnu
Image: Kenpei / Wikimedia Commons / CC BY SA - Attribution Creative Commons + Partage dans les mêmes conditions
Image: Hans Hillewaert/Wikimedia Commons / CC BY SA - Attribution Creative Commons + Partage dans les mêmes conditions

« Plus à l'intérieur des terres, l'une des plantes les plus étranges parvient à survivre en grande partie grâce à la rosée. welwitschia est apparenté aux conifères et aux cycas et se compose de seulement deux longues feuilles en forme de sangle qui poussent à partir d'un tronc central gonflé de seulement quelques centimètres de haut. Les feuilles poussent continuellement à partir de leur base et deviennent vraiment très longues. Ils seraient sans doute encore plus longs sans les vents du désert qui, les soufflant d'avant en arrière, effilochaient les extrémités en lambeaux. Même telles qu'elles sont, ces feuilles peuvent mesurer vingt mètres de long et s'enrouler en tas désordonnés autour du tronc rabougri. Ils recueillent des gouttelettes de rosée et les canalisent dans des rigoles dans le sol où l'eau est absorbée et stockée dans une immense racine pivotante conique. (Attenborough 1995 : 267)

Dernière mise à jour le 14 mars 2018