Le sporange à l'extrémité de l'hyphe du champignon Pilobolus lance des spores à l'aide d'un système hydraulique.
Image: George Berger / CC BY NC SA - Creative Commons Attribution + Non commercial + ShareAlike

Hyphe avec un sporange foncé à l'extrémité

Image: George Berger / CC BY NC SA - Creative Commons Attribution + Non commercial + ShareAlike

Le sporange (noir) et la vésicule sous-sporangiale de Pilobolus (transparent).

Image: Aimée Sakes et al. / CC BY - Creative Commons Attribution seul

Schéma du mécanisme de catapulte à pression de fluide chez Pilobolus kleinii

"Dans l'espèce commune Pilobolus kleinii, un paquet rempli de spores (sporange ; contenant entre 30,000 90,000 et 0.55 5.5 spores) se forme à l'extrémité de la vésicule. En raison de l'absorption (osmotique) d'eau, la vésicule en forme de ballon gonfle et la pression hydrostatique dans celle-ci augmente. Lorsqu'une pression critique d'environ 0.01 MPa par rapport à la température ambiante (environ 0.03 atm) est atteinte, le paquet de spores se libère de la vésicule (en 21,407 à XNUMX ms) et est propulsé par un jet de sève cellulaire avec une accélération maximale jusqu'à XNUMX XNUMXg et une vitesse de lancement maximale de 16 m/s (moyenne : 9 m/s), résultant en une distance de lancement de 2.5 m pour des angles de lancement de 70 à 90° par rapport à l'horizontale. Encore une fois, la projection de spores et de fluide est alimentée par la libération d'énergie élastique de la paroi de contraction de la vésicule, qui est convertie en énergie cinétique des spores éjectées et en une certaine déformation de la tige du sporangiophore. La distance de lancement est plus grande que dans l'Ascomycota car le paquet de spores reste intact, ce qui entraîne une masse globale plus importante du projectile et donc une influence plus faible de la traînée visqueuse. (Sakes et al. 2016 : 10)

Regarder la vidéo

Dernière mise à jour le 9 mai 2018