Les salamandres maculées échangent des nutriments avec les algues internes pour croître plus rapidement.

Introduction

Les nombreux exemples concrets de dans la nature, comme entre les abeilles et les fleurs, peut nous amener à négliger la symbiose encore plus vaste qui existe entre les animaux et les plantes en général. Tous les animaux dépendent des organismes photosynthétiques pour diviser les molécules d’eau et nous fournir l’oxygène vital dont nous avons besoin pour survivre. Nous utilisons cet oxygène pour nous aider à décomposer les molécules de sucre : sans lui, nous n’aurions pas d’énergie pour vivre. Nous utilisons également l’oxygène pour éliminer les déchets carbonés, dont l’accumulation est toxique pour nous. Habituellement, cet échange entre les animaux et les photosynthétiseurs se produit à l'extérieur et entre les organismes, par l'intermédiaire de l'environnement (par exemple l'atmosphère). Mais chez certains animaux invertébrés (comme les coraux) et chez au moins un vertébré, la salamandre maculée (Ambystoma maculatum), cela se produit à l'intérieur même du corps de l'animal.

La stratégie

Les salamandres maculées sont présentes dans l’est et le sud de l’Amérique du Nord, où elles passent la majorité de leur vie sous terre. Ils émergent brièvement au printemps pour se reproduire, pondant leurs œufs dans les mares printanières qui recouvrent le sol forestier. À l’intérieur des tissus et des cellules de ces capsules d’œufs de salamandre existent une espèce très différente, une algue connue sous le nom de Oophile amblystomatis. Normalement, un tel organisme étranger serait probablement éliminé par le système immunitaire de la salamandre, mais le manque de développement du système immunitaire dans les œufs pourrait avoir rendu possible cette symbiose unique.

Quand la lumière du soleil frappe le Oophile cellules qu'ils photosynthétisent, produisant de l'oxygène et des glucides, tous deux fournis directement au tissu embryonnaire de la salamandre. Cet oxygène et ces glucides aident les embryons de salamandres maculées à mieux survivre. Embryons de salamandre avec Oophile meurent moins fréquemment au cours du développement, se métamorphosent plus rapidement en juvéniles et sont plus gros à l'éclosion que les embryons dépourvus Oophile algues. Pendant ce temps, le Oophile On pense que les algues bénéficient des déchets azotés produits par les cellules de la salamandre.

Le potentiel

En agriculture et en aquaculture, le modèle salamandre-algues inspire les systèmes de culture intégrés. Ici, les plantes et les animaux bénéficient mutuellement, améliorant les taux de croissance tout en réduisant le besoin d’engrais et d’oxygénation artificielle. Cette approche pourrait révolutionner la production alimentaire, la rendant plus durable et plus efficace.

Les progrès en biotechnologie pourraient découler de la compréhension de la manière dont le système immunitaire de la salamandre tolère les cellules étrangères bénéfiques. Ces connaissances ont des applications potentielles en médecine humaine, conduisant éventuellement à de nouveaux traitements permettant de gérer les réponses immunitaires ou de développer des biothérapeutiques.

La symbiose de la salamandre maculée éclaire également la planification architecturale et urbaine, suggérant des conceptions intégrant des éléments biologiques pour la purification de l'air, la production d'énergie ou la gestion des déchets. Ces bâtiments « vivants » pourraient créer des espaces urbains plus autonomes et plus respectueux de l’environnement.

Cet exemple de synergie naturelle met en évidence l’importance des interactions harmonieuses au sein des écosystèmes. Il constitue un puissant rappel des avantages de travailler en collaboration avec la nature, nous guidant vers un avenir où l’innovation humaine est alignée sur la durabilité écologique.

Innovation connexe

Dernière mise à jour le 20 mars 2024